LE SILICONE EST-IL DANGEREUX ?


Adulés puis dénigrés, les moules en silicone souffrent de la mauvaise presse que leurs font les articles frauduleux irrespectueux des normes et qui passent régulièrement entre les mailles des filets de la douane.

Pourtant le silicone est partout autour de nous sans que nous nous posions la question de sa  dangerosité : joints, colles, gaines isolantes, cosmétiques, matériel médical, voitures...
 
 
Faisons donc le point sur ces moules.
La base du silicone est le silicium, composant de la silice : le sable.
Après divers procédés chimiques on obtient des  silicones qui se répartissent en trois grandes familles :
• les fluides
• les résines
les élastomères
Les moules en silicone alimentaire font partie de cette dernière famille.

 
Péroxyde ou platine ?
Pour devenir élastomère le silicone subit une vulcanisation, soit à chaud soit à froid.
C’est ce procédé qui va lui conférer sa flexibilité.

Dans la vulcanisation à froid qui concerne les moules alimentaires on ajoute au silicone un catalyseur,
le péroxyde ou le sel de platine.


Le platine est un métal précieux que l'on trouve dans la nature sous forme de pépites mais il est rare.
Les platinoïdes sont des métaux de la même famille avec les mêmes propriétés
dont l'une des plus intéressantes pour l'industrie est leur pouvoir catalytique.

Les platinoïdes sont réfractaires à la chaleur (point de fusion entre 1550 et 3050°C - le platine fond à 1750°C).
 Cette propriété les suit dans le processus de polymérisation
et les moules obtenues peuvent résister à des températures de plus de 250° C voire pour certains modèles 300°C.



Le péroxyde est un procédé chimique composé essentiellement d’oxygène et de carbone.
Il est très utilisé en industrie mais avec grande précaution car son instabilité et sa nocivité sont reconnus.

De plus en plus de pays interdisent l’utilisation du péroxyde pour les moules alimentaires.
Malheureusement certains industriels n’hésitent pas à l’employer, par appât du gain sans doute.

Les grandes marques d’articles en silicone que l’on trouve dans les boutiques spécialisées,
souvent contrôlés par les services de la répression des fraudes,
veillent attentivement à ce que ce catalyseur ne soit pas employé dans la fabrication de leurs moules.


Le curage : l’ultime nettoyage
L’autre étape importante pour les moules en silicone est le curage.
Les différentes étapes de fabrication ont laissé des substances nocives sur la surface des moules.
Il est donc important de les nettoyer avant de les commercialiser.
Ils sont placés dans un four à 200°C pendant 4 heures.

Ce procédé est un coût supplémentaire pour l’industriel et là aussi
certains n’hésitent malheureusement pas à sauter ce passage.

Comment donc savoir à quoi on a affaire ?
Les règles d’étiquetage n’obligent pas les fabricants à signaler le catalyseur employé.
C’est dommage mais voici quelques astuces pour démasquer les imposteurs en lisant les étiquettes :


Les températures maximales indiquées ?
Jusqu’à 260°C ou 280°C :
les moules pouvant atteindre ces températures sont conformes, le catalyseur est le platine.

Jusqu’à 230°C ou 240°C sans l’indication Platine, Premium ou élastomoule : méfiez-vous, il est possible que ces moules soient péroxydés. Si tel est le cas, le péroxyde laisse migrer des particules dans les aliments dès 160°C !

Nettoyage à blanc conseillé avant la première utilisation.
Cela signifie que le curage n’a pas été effectué.

Le test du pinçage, pincez le moule entre vos doigts?
Sous la pression rien ne se passe : c’est du silicone platine.

Sous la pression une trace blanche apparaît  : c’est du péroxyde.


L’origine
Le pays de fabrication est mentionné : le produit est traçable.

Le pays n’est pas mentionné : méfiance.

Les appelations Silicone Platine, Silicone Premium et élastomoule
sont des garanties de silicone sans péroxyde.
Vous pouvez utiliser ces moules en toute confiance
en suivant les conseils d’entretien et en respectant les températures de vos recettes.

Rares sont les recettes où la température dépasse 200°C ;
elle se situe plutôt à 180°C ou en dessous.
C’est largement suffisant pour cuire à point vos pâtisseries
afin qu’elles soient moelleuses à cœur et dorées à l’extérieur.

Enfin, si cela doit vous rassurer, avant la première utilisation
effectuez quand même un chauffage à blanc avec un mélange d’huile et d’eau à 200°C
pendant quelques minutes.
Il ne vous reste plus qu’à vous régaler avec les multiples possibilités de formes
et de recettes que vous offrent les moules en silicone.



300° C correspond à un thermostat 10 dans un four, rarement utilisé en pâtisserie.

Le tableau ci-contre vous donne une indication des équivalences thermostat/température qui peuvent varier selon la marque et l'âge du four. 

Site réalisé avec PowerBoutique - logiciel pour créer un site